La certification de l’échelle de maturité du contrôle interne

« Mon système n’est pas bien organisé » voila ce que les dirigeants peuvent constater . Mais, objectivement, la question à se poser ici c’est : comment définir un système organisé ?

L’approche générale qui consiste à faire le diagnostic, évaluer les risques et ensuite faire des recommandations, ne constituent pas une approche systémique pour le développement du système et de son organisation dans le temps.

La solution la plus judicieuse réside dans l’action de scorer un système et  lui attribuer une note sur une échelle de maturité définie au préalable. Voilà comment on peut, de façon méthodique aider les organisations à se développer dans le temps.

1. L’approche maturité pour développer votre système de contrôle interne et l’améliorer dans le temps

Pour une meilleure description de leur stade de développement, les organisations
utilisent l’approche de modèle de maturité pour déterminer si le niveau de contrôle interne est
acceptable par rapport à un niveau de maturité bien déterminé ou identifier les mesures
nécessaires pour améliorer la maturité de l’organisation ou l’un de ses processus.

La certification est un processus de vérification permettant à un professionnel externe (tel que
l’expert-comptable) d’attester que le niveau de maturité du système de contrôle, acquis dans
le cadre du modèle de maturité de référence choisi, satisfait à l’ensemble des caractéristiques
d’une échelle bien définie.

La pratique de certification du système de contrôle interne est un outil de
communication sur l’efficacité du contrôle interne. La certification du niveau de maturité par
rapport à un modèle de maturité permet de situer l’entreprise dans une logique d’amélioration
continue de leur système de contrôle interne dans le temps.

2. La logique de certification du niveau de maturité du système de contrôle interne

La matrice de maturité impose une projection sur l’avenir et devient donc un véritable outil de
management qui plus est communicable à tous les acteurs de l’entreprise. Périodiquement, des
audits rigoureux peuvent être menés pour valider la réalité des progressions : pour être
incontestables, ces audits devront être effectués par des structures extérieures à l’entreprise.

D’ailleurs, la certification du niveau de maturité du contrôle interne par un professionnel
externe par référence, à un modèle de maturité joint à la certification, permet à l’entreprise et
à sa direction d’obtenir un jugement, indépendant, quant au niveau de maturité auquel se situe
l’entreprise ainsi que l’efficacité et l’adéquation des contrôles internes qu’elle adopte pour
atteindre le niveau de maturité cible.

Outre le fait qu’elle permet d’améliorer l’efficacité du système de contrôle interne, la
certification peut procurer à l’entreprise un avantage réel en amenant les dirigeants à
commenter et expliquer leurs performances.

La certification de la maturité du système de contrôle interne ne doit pas prendre la
forme d’un exercice lourd et obligatoire pour l’entreprise. Cet exercice doit être mené par
l’auditeur opérationnel externe de manière ponctuelle pour apporter une réelle valeur ajoutée
à la démarche d’amélioration du système. L’auditeur s’exprime par référence à un modèle de
maturité qu’il doit intégrer dans le rapport de certification ou joindre en annexe.

3. La démarche de certification du système de contrôle interne

Tout processus de certification doit se faire par rapport à un référentiel reconnu ou
identifié. Pour la certification du niveau de maturité du système de contrôle, l’auditeur doit se
référer à un référentiel standard ou un modèle de maturité conçu en interne.

Dans tous les cas, compte tenu de l’absence de référentiel généralement reconnu, la
certification est toujours effectuée, par rapport à un modèle joint ou intégré au rapport d’audit.
Le processus de certification du niveau de maturité du système de contrôle interne peut
être basé sur une démarche accompagnée pour être motivante et génératrice d’évolutions
positives. A cette fin, l’important est que l’outil d’évaluation (scoring) touche tant les
dirigeants que les opérationnels.

Pour réussir ce type de mission, il est primordial de :
 Préparer l’intervention grâce à plusieurs rencontres avec les personnes pour scorer
le(s) processus au(x)quel(s) elles contribuent ;
 Préparer une réunion de présentation de la démarche ;
 Effectuer plusieurs entretiens de travail en commun pour remplir les questionnaires, et
surtout s’interroger sur ce qui est bien fait (et comment), ce qui n’est pas fait et qui
pourrait être réalisé. Ceci constitue une démarche très enrichissante tant pour l’expert-
comptable que pour les opérationnels car elle va bien au-delà des questions, elle ouvre
des portes et permet de libérer des savoir-faire.

La démarche de certification s’appuie sur un manuel de scoring qui explique la
philosophie et l’importance de la démarche et une grille de scoring aisée à remplir. A ce titre,
il est bon de rappeler qu’une formation à la culture de pilotage de la performance (processus,
valeur…) associée au scoring facilitera la démarche.

L’approche de certification est assez simple. Elle consiste, en utilisant la grille de
scoring, pour un système ou processus et par axe de progrès, à évaluer le niveau de chaque
critère.